Compléments alimentaires 100% naturels Plus de 20 ans d'expertise Livraison gratuite dès €100 (BeNeLux)

Éviter les thromboses

Éviter les thromboses : comment faire ?

Pour traiter une thrombose, il faut distinguer la thrombose artérielle et veineuse.

Une thrombose artérielle dans une grande artère endommage souvent une partie du corps (cœur, cerveau, jambes, mains, système digestif). Il faut donc agir rapidement. C’est possible grâce à des remèdes pour dissoudre les caillots, qui agissent immédiatement (thrombolyse). Une autre option consiste à enlever le caillot par un cathéter (thromboaspiration) ou par une opération chirurgicale. Puisque l’athérosclérose est une cause fréquente de la thrombose artérielle, il vaut mieux traiter les patients souffrant d’athérosclérose avec de l’aspirine afin de prévenir l’apparition des thromboses. Ce moyen fonctionne sur les plaquettes ayant tendance à s’accrocher à la paroi vasculaire athérosclérotique.

Lors d’une thrombose veineuse, l’anticoagulation a généralement lieu par l'administration sous-cutanée d'héparine de bas poids moléculaire. Cette opération ne doit pas être contrôlée. Parallèlement, on commence à utiliser dans d’autres pays de l’acénocoumarol (Sintrom), de la phénprocoumone à action plus lente ou de la warfarine. Ces traitements sont administrés par voie orale.

Si l’anticoagulant est trop puissant, il y a des risques d’hémorragie. Si un gros caillot se détache et provoque une embolie pulmonaire, la vie du patient peut être menacée. Le cœur ne parvient plus à pomper le sang, car le gros caillot obstrue le vaisseau. Dans ce cas, il faut également agir en urgence. On préconise alors les mêmes options que celles utilisées pour le traitement d’une thrombose artérielle grave. Souvent, l’aide arrive trop tard en cas de grosse embolie pulmonaire. Une petite embolie pulmonaire n’est pas extrêmement douloureuse.

Puisque l’ampleur de la limitation du caillot grâce à ces méthodes dépend d'autres facteurs du mode de vie du patient (notamment l'apport de vitamine K dans l'alimentation), un contrôle régulier est nécessaire. De plus, le RIN doit être vérifié très régulièrement pour rester dans les valeurs normales. On peut le faire en se rendant régulièrement au service de thrombose (même en voyage ou en période de vacances) et en faisant prélever un échantillon de sang par un assistant médical. Sur la base des analyses laboratoires, le patient recevra son schéma de dosage le jour suivant.

Depuis quelque temps, on peut même mesurer soi-même son RIN. La plupart des services de thrombose le proposent, mais les listes d’attente pour assister à la formation sont longues. En général, les services de thrombose qui proposent des automesures accompagnées n’ont pas de listes d’attente. Après avoir été orienté par un médecin (par exemple le cardiologue ou le médecin de famille), on peut directement commencer la formation simple.

Les compléments alimentaires naturels aident à prévenir les risques de thrombose

Outre le traitement par un médecin reconnu, il est essentiel de compléter son alimentation quotidienne par la prise de compléments alimentaires naturels. Ils aident à nettoyer les vaisseaux sanguins, à prévenir les maladies cardiovasculaires et à réduire le risque de thrombose. Aidez votre corps à redevenir sain et dynamique, et prévenez les maladies du système cardiovasculaire. Utilisez VAScuNET de Santurel, un complément alimentaire 100 % naturel qui nettoie en profondeur les vaisseaux sanguins et les veines, et optimise la circulation sanguine.

Découvrir VAScuNET En savoir plus sur les compléments alimentaires naturels

Pour une vie saine et dynamique, sans maladies !

S'inscrire sur notre newsletter

Pour améliorer votre expérience de navigation, Santurel utilise des cookies. Plus d'information   OK